'Gugusses' de Clara Riff, notre prix coup de coeur du #FashionFilmFestival

Le Fashion Film Festival de l’Atelier Chardon Savard, école de mode parisienne réputée, c’est un peu le festival de Cannes, sauf qu’ici, ce sont les étudiants de première année de communication qui présentent leur création cinématographique.

L’objectif ? Permettre à ces futur.e.s professionnel.le.s de la communication, de concrétiser leurs acquis, en mettant en scène une collection d’un.e étudiant.e créateur de mode, issu.e de la même école.

Mais alors pourquoi on vous en parle ici ? Parce que les communicants de mode, ce sont eux, qui cernent les enjeux des consommateurs et consommatrices, ce sont eux qui font le pont entre les attentes des client.e.s et les créateurs, ce sont eux qui peuvent réellement changer la donne sur l’image que les marques veulent communiquer et donc sur la façon dont elles produiront…

Parce que chez Frenchdoes, nous sommes persuadés que l’avenir de la slow fashion repose en grande partie sur ces professionnel.le.s, nous avons accepté, avec honneur, de faire parti du jury de ce festival. À cette occasion, nous avons pu récompenser notre film coup de coeur, Gugusses, et rencontrer sa productrice, Clara Riff…

La French’ Team.

 

RENCONTRE AVEC CLARA RIFF

Question 1. Pour commencer, as-tu choisi de travailler sur la collection d'Augustin (ndlr : le créateur de la collection) ou était-ce une collection imposée ?

Afin d’arriver à cette collaboration, nous avions au préalable effectué une rencontre entre notre section et celle des créateurs de mode. Durant celle-ci, étaient exposés leurs travaux et donc leur univers. J’ai directement adoré celui d’Augustin, qui me touchait et inspirait beaucoup ! On s’est rapidement rendu compte que nos univers étaient assez similaires, ce qui à conduit à une collaboration qui me semble fidèle à ce qu’il cherchait à évoquer. 

Question 2. De quels éléments disposais-tu concrètement pour commencer ton travail ?

Pour l’ensemble du processus de communication, je n’avais à l’origine que la collection d’Augustin, ainsi que diverses références (cinématographiques, photographiques ou littéraires..). J’ai pris en main tout ce qui était à ma disposition afin de m’en imprégner, pour lui offrir diverses propositions par la suite.

Question 3. Qu'as-tu voulu apporter à la collection d'Augustin, à travers ce travail ? Et quels sont, selon toi, les éléments essentiels qu'un communicant de mode doit apporter à une marque ? 

Pour Gugusse, j’ai voulu développer au maximum le story-telling de la collection. Lui donner une véritable ligne directrice afin d’implanter un véritable univers. 

Je pense que c’est cette structure qui est importante en ce qui concerne la communication d’une marque. Ne pas se perdre parmi un univers vaste, ou jouer sur trop de tableaux. Mais structurer un véritable story-telling qui fonctionne intimement avec la marque et ses valeurs.  

Question 4. Quelles sont les valeurs essentielles qu'un film de mode doit transmettre selon toi aujourd'hui ? As-tu assimilé certaines de ces valeurs dans Gugusses ?

Le film de mode ne reste au fond qu’une sorte de publicité, il consiste à mettre en avant un produit précis, créant un désir du consommateur. C’est ce désir qui est pour moi la valeur essentielle d’un film de mode. Celui-ci doit faire rêver, doit donner envie au spectateur d’aller plus loin, d’en savoir plus. Il dois rester dans les esprits ! 


Question 5. Que retires-tu humainement et professionnellement de cette expérience ?

Pour la création de ce film, nous avons eu de nombreux imprévus. Autant sur le plan matériel, qu’humain. Il a fallut s’adapter au plus rapide et au plus efficace. 

Par exemple, il est assez drôle de noter que durant le week-end de ce tournage il pleuvait des cordes. Le matériel était trempé, les vêtements également et ça ne collait pas à mon scénario. On a du s’adapter et attraper la moindre minute de soleil afin de filmer. Au final, l’ensemble des plans sont parfaitement ensoleillés ! Il faut toujours rester positif, afin de ne pas perdre en efficacité et trouver des solutions. Je pense que c’est le plus important afin qu’un tournage se déroule au mieux, et dégage par la suite sa véritable force.